Archives par mot-clé : Technique

Éclairage: Recréer le désert

Photo de Jeremy Marks sur Unsplash.com

Bonjour,
Je suis éclairagiste et je travaille sur une pièce où j’aimerais recréer le désert. Merci!
Choukri

Bonjour Choukri,

J’ai discuté de votre besoin avec Hugo, notre spécialiste en éclairage. Voici ses suggestions.

“Plusieurs facteurs doivent être considérés quand on conçoit l’éclairage d’une pièce : la grandeur de la salle, les dimensions de la scène, les couleurs du fond de la scène, du plancher, etc. Même le décor réagit à la lumière. Ce qu’il faut, c’est oser essayer, jouer avec vos équipements d’éclairage! Chaque scène est différente et ce sont plusieurs essais qui détermineront si votre choix d’éclairage s’avère judicieux.

Évidemment, c’est le moving light qui saura le mieux représenter l’effet d’un désert. Un moving light est un projecteur asservi, à contrôle entièrement électronique. Le technicien peut effectuer ses choix à partir d’une console pour changer les formes et les flux lumineux ou encore les programmer, mais peu de troupes en possèdent. En effet, ce matériel coûte très cher et, en bougeant, il produit des bruits désagréables qui peuvent déranger durant une pièce de théâtre

Cependant, on peut toujours reproduire l’effet d’un désert à partir de projecteurs ordinaires comme les fresnels ou les lekos et ce, en utilisant des couleurs chaudes. Une possibilité serait d’utiliser de face, en avant-plan, un fresnel de couleur orange foncé tirant sur le rouge. Ensuite, un peu plus loin derrière le fresnel, installez un leko de couleur plus contrastante — en choisissant toujours des couleurs chaudes, comme un jaune presque orange. Sur ce dernier leko, vous pourriez installer un gobo fixe (une sorte de filtre), qui permet de créer une texture grâce à plein de petites touches de couleur.

Toutefois. Il vaut mieux ne pas ajuster le foyer (focus) du leko de façon trop définie, mais de le laisser plutôt flou, ce qui devrait offrir un effet de « mirage désertique », comme les ondes de chaleur qui s’élèvent du sol. Jouez autant que possible avec le foyer du leko afin d’obtenir l’effet recherché

Surtout, faites plusieurs essais pour trouver le meilleur emplacement des lekos et des fresnels : avant, arrière, haut, etc. L’enjeu principal du résultat sera, à coup sûr, l’endroit où vous placez vos projecteurs. Il est possible qu’en ajoutant quelques projecteurs en « douche » (provenant directement du plafond) le résultat soit meilleur.

Bref, utilisez des teintes chaudes et jouez avec l’équipement dont vous disposez. C’est à force d’essais que vous trouverez ce qui conviendra à votre besoin!”

Nous espérons que les conseils de Hugo vous seront utiles pour avancer dans votre production. Bon travail!

Lorraine

Voir aussi:
L’éclairage
Éclairage: conseils généraux

Éclairage: conseils généraux

Bonjour! Moi et mon ami, on fait l’éclairage d’une pièce de théâtre dans une école secondaire. La pièce se déroule dans un salon. Est ce que vous avez des suggestions pour nous. Merci!
Pior Pat Levi

Bonjour Pior Pat Levi,

Vous parlez d’une pièce de théâtre dont l’histoire se déroule dans un salon. À première vue, ce genre de pièce demande peu d’effets spéciaux.

Élaborer l’éclairage d’une pièce est d’abord un travail d’équipe entre les éclairagistes, les concepteurs du décor et des costumes (pour les couleurs, car la lumière colorée se superposera aux autres couleurs) et bien entendu le metteur en scène.

Voici plusieurs choses auxquelles il faut réfléchir :

1) Combien de zones (endroits différents) faut-il éclairer en même temps sur cette scène? Un salon simplement? Donc, un seul éclairage général sera nécessaire. L’éclairage général est formé de plusieurs projecteurs (frenels, lekos, PAR64) qui sont ouverts en même temps afin de créer une ambiance générale. Vous pouvez sortir de cette zone d’éclairage par des « black-out » lors des changements de personnages et de temps. Si toutefois, il y a deux zones d’éclairage (comme un salon et une cuisine), il faut prévoir deux éclairages généraux, car vous aurez besoin de deux ambiances différentes.

2) Un bon éclairage général composé de plusieurs fresnels est toujours l’idéal. Les fresnels sont des projecteurs dotés de portes de grange afin de laisser le faisceau « emprisonné » sur la scène seulement, pour qu’il ne s’étende pas sur le public, les rampes, etc. Ils sont conçus spécialement pour le théâtre et on les places plus près de la scène. On retrouve aussi des PAR64 qui ont la même fonction. Ils sont plus gros, mais offrent une moins bonne qualité d’éclairage. Il faut aussi voir si ces projecteurs peuvent accueillir des « portes de grange » et des gélatines (pellicules plastiques de couleur, qui colorent la lumière). Les lekos, quant à eux, se placent beaucoup plus loin de la scène. Ils sont généralement plus forts et ils donnent la possibilité d’offrir de plus petits faisceaux lumineux grâce à leurs couteaux qui permettent de bien découper la lumière. Nous les utilisons pour aller chercher des zones plus précises dans les éclairages généraux ou créer des effets spéciaux.

(Notre article L’éclairage  offre plusieurs conseils généraux qui pourront vous guider.)

3) L’éclairage général veillera à offrir une bonne visibilité sur tous les personnages et sur tout le décor de votre salon. Faites toutefois attention à ne pas créer d’ombrage sur le fond de la scène avec les décors ou les personnages si le fond de la scène est pâle, car ces ombres sont toujours fort désagréables pour les spectateurs.

4) Comme l’histoire se passe dans un salon, ne choisissez pas des couleurs comme le bleu, le rouge, le jaune, etc. Utilisez plutôt celles qui représentent bien l’ambiance chaleureuse d’un salon, comme la couleur « ambre » ou les teintes qui s’y rapprochent. Mais pensez à ceci : un éclairage de jour est différent d’un éclairage de soir. Cherchez à représenter le plus possible la réalité de la pièce.

5) Il sera important de discuter avec le metteur en scène pour connaître ses besoins. Peut-être aimerait-il faire ressortir des scènes comme des monologues, des rêves, des réflexions qui nous sortent complètement de l’ambiance générale de la pièce. Pour réussir ces effets, on créé des éclairages spéciaux afin de mettre ces zones en relief. En fermant l’éclairage général et en ouvrant deux ou trois lekos (selon l’importance de la scène) sur l’endroit ciblé, vous créerez une ambiance différente qui transportera le spectateur ailleurs que dans le salon habituel.

6) Bien entendu, il y a aussi la question de l’équipement dont vous disposez. Selon que votre auditorium est bien équipé ou non, vous pourrez soit développer un éclairage sophistiqué, soit viser la simplicité en offrant la meilleure visibilité possible pour les spectateurs.

En espérant que ces recommandations vous aident à aller un peu plus loin dans votre travail, nous vous souhaitons bonne chance!

L’Équipe TE

Bruitage: Liens utiles

Photo de Malte Wingen sur Unsplash.com

Des sites internet offrent des collections de bruits en tous genres: explosions, sonneries, véhicules, etc. Tapez dans votre moteur de recherche des mots tels: bruitage, sons gratuits, free sounds, etc. Nous vous proposons quelques adresses ci-dessous. (Veuillez noter que nous ne sommes pas responsables des sites que vous consultez en dehors de nos pages.)

Si vous découvrez une adresse qui pourrait profiter aux autres, faites-le nous savoir. Si un lien n’est plus fonctionnel, merci de nous en aviser en écrivant à: theatre.evangelique@gmail.com.

Universal Soundbank
Sonothèque de bruitages et musique d’illustration
Dinosoria.com – Une section de ce site comporte des cris d’animaux et des chants d’oiseaux
Lasonotheque.org – Sons et courts tutoriels de Joseph Sardin, bruiteur
Le labo du bruiteur, sur la chaine Youtube Libertivicom – Astuces de Joseph Sardin pour la réalisation de bruitages
♦ Liste des 20 meilleures banques de sons gratuits et libres de droit

Cigale ou fourmi?

Photo de David Higgins sur Unsplash.com
Par Chantal Bilodeau-Legendre

Bric et Brac sirotent une limonade au bord de la piscine. Une cigale chante à tue-tête.

Bric :    À quoi tu penses?

Brac :   À Noël.

Bric :    On est en juillet!

Brac :   Justement. Faut que je planifie le 25 décembre. Ou le 20, si ça se trouve.

Bric :    Le programme de Noël de l’église?

Brac :   Ouaip.

La cigale s’est tue. L’idée de Noël lui fait peur. La bise est-elle déjà venue? Devra-t-elle aller crier famine chez la fourmi sa voisine plus tôt que prévu? Il faut laisser passer l’été, tout de même!

Bric :    Et les vacances?

Brac :   J’en fais comme un projet de vacances… Sinon l’automne sera un cauchemar.

Bric :    Sans blague?

Brac :   Sans blague.

Un ange passe. Et quelques nuages moelleux dans le ciel azuré.

Brac :   Écoute, pour jouer le 20 décembre prochain, il faut que tout soit fin prêt au plus tard le 18 ou le 19.

Bric :    Pour la générale. Logique.

Brac :   Et si je commence les répétitions le 15 octobre, ça me donne à peine deux mois de préparation avec la troupe.

Bric :    Suffisant, non?

Brac :   Selon le nombre de répétitions par semaine, la durée de la pièce, le nombre de participants, etc. deux mois peuvent suffire… ou non.

Bric :    Donc, c’est possible que le 15 octobre soit un peu tard pour le début des travaux!

Brac :   Justement. Mais pour commencer à cette date, il faut que j’aie DÉJÀ choisi la pièce et mis en place la mise en scène. Ce ne sera pas le temps d’improviser à partir du 15 octobre!

Bric :    Ah! pour l’impro, moi, je m’y connais!

La cigale aussi. Elle entonne à ce moment un chant de son cru. L’originalité est absente: le chant semble familier…

Brac :   Je ne peux pas improviser ce genre de choses. Tu vois, à cette date, plein d’autres trucs doivent être DÉJÀ faits : le recrutement des comédiens, la formation d’une équipe technique

Bric :    Une équipe technique?

Brac :   Qui va faire les costumes? Qui va confectionner les accessoires? Car les accessoires doivent être prêts début novembre! Et les décors? Et si je décide que j’ai besoin de musique, de chants, de bruitage ou d’éclairage particulier? Je ne peux décemment pas faire ça tout seul!

Bric :    Ce serait indécent, oui.

Brac :   Doooooonc, pour commencer le 15 octobre avec les comédiens, il faut que l’aspect technique de la pièce soit DÉJÀ réglé – ou du moins presque. Je dois commencer à y penser…

Bric :    Le 1er du mois.

Brac :   Oh! Quinze jours, c’est trop peu! Je ne trouve pas toujours facilement les aides dont j’ai besoin, à l’église…

Bric :    Le Seigneur pourvoira…

La cigale opine du bonnet. Un merle s’envole avec un ver dodu dans le bec.

Brac :   Le Seigneur a toujours pourvu. Mais il m’a montré que je gagnais à faire preuve de prévoyance, un peu comme l’architecte et le roi*…

Bric :    Et la fourmi*, mettons.

Brac :   La fourmi? Tiens, je n’avais pas pensé à elle.

Bruyante interruption de la part de la cigale. Elle n’aime pas ce genre de discours.

Brac :   Je compte sur le Seigneur, mais au fil des ans il m’a montré que ce n’est pas le temps de commencer à penser au programme de Noël le 15 septembre.

Bric :    Et pourquoi pas? Un mois, c’est amplement…

Brac :   Septembre, c’est le retour à la « réalité » pour bien des gens – comme la rentrée scolaire pour la plupart de mes comédiens…

Bric :    Hmmmouais…

Brac :   Non, tu vois, juillet, c’est pour moi le temps de commencer à penser à Noël. En sirotant une limonade, par exemple. Et je ne paniquerai pas quand septembre approchera. J’aurai déjà accompli une bonne part du boulot. Je pourrai même modifier des choses sans m’affoler si des imprévus surgissent!

Comme pour appuyer cette dernière tirade, quelques merles, groupés au parterre, se mettent à parler tous en même temps, sans égard aux lamentations de notre pauvre cigale.

Bric :    Une autre limonade?

Brac :   Bien sûr! Avec de la grenadine… Le rouge, c’est une couleur de Noël, non?


* Jésus parle de l’architecte et du roi en Luc 14.28-32. Le roi Salomon mentionne la fourmi en Proverbes 6.6.

Ombres et lumière

Par Chantal Bilodeau-Legendre

Le mois dernier, deux internautes nous ont posé des questions relativement à l’éclairage. Les réponses de Hugo et Lorraine à leurs commentaires sont devenues des articles de la rubrique Technique. (Voyez Quatre zones et Effet marin.) De cette façon, nos lecteurs pourront les repérer plus facilement s’ils font une recherche par catégorie ou par mot clé.

Personnellement, la technique n’est pas mon fort. Hugo est un passionné de l’éclairage de scène! Et Lorraine déniche des ressources et des bonnes idées! Mes connaissances en éclairage sont très limitées. Cependant, je pourrais résumer en quelques mots un principe essentiel : La juste orientation des projecteurs permet de chasser les ombres des comédiens. (Voyez l’article L’éclairage).

Chasser les ombres. Quelle belle image!

Chasser les ombres sur la scène est excellent. Comme c’est agaçant de voir danser l’ombre d’un comédien sur le visage d’un autre! On perd alors des mimiques, des gestes importants – en plus, peut-être, de perdre patience!

Mais chasser les ombres dans la vraie vie? N’est-ce pas mieux encore?

Jésus affirme être lui-même la lumière du monde, et il chasse les ténèbres intérieures de ceux qui placent leur confiance en lui. Ces derniers, à leur tour, doivent marcher en enfants de lumière et porter la lumière de Christ autour d’eux.

Tout cet échange de lumière, tout ce balayage d’ombres, le théâtre évangélique peut-il y contribuer? Oui, je pense qu’il peut être un outil utile à cet effet.

Je crois que le monde a besoin d’un théâtre lumineux, porteur d’espérance. Mais aussi d’un théâtre sensible, fier de son message et respectueux de son public. D’un théâtre de qualité qui donne soif – comme le sel donne soif. D’un théâtre humble qui indique un chemin – qui pointe vers Celui qui est le chemin.

L’entreprise peut sembler de taille, mais le grand Créateur prend plaisir à équiper ceux qu’il appelle à le servir par le théâtre (et par n’importe quel autre moyen, d’ailleurs!). Être à l’écoute de sa voix, être à l’affût de ses ressources, marcher soi-même dans sa lumière… Voilà des façons de progresser constructivement dans son ministère de théâtre. Certes, cela n’exclut ni les difficultés ni les erreurs, mais nous permet de vivre en étroite dépendance de Celui qui est l’Auteur de toute créativité.