Tous les articles par Chantal et Lorraine

Confiance récompensée

2 femmes, 1 jeune fille, voix de plusieurs hommes

Texte de Chantal Bilodeau-Legendre.  Elvire raconte à sa soeur Odélie comment Jésus a délivré sa fille Odélie d’un esprit mauvais.. Cette pièce se base sur le récit d’un miracle relaté en Matthieu 15.21-28 et Marc 7.24-30. Le dialogue rapporté dans ces textes est repris, paraphrasé, dans des « flashbacks ».

Note de l’auteure: Je n’ai aucune expérience en ce qui concerne la possession démoniaque. La description que je fais des crises d’Anaïs relève de mon imagination et s’appuie sur les textes suivants des Évangiles : Matthieu 17.14-18; Marc 1.23-27; 5.1-15; 9.17-27; Luc 4.33-35; 8.26-35; 9.37-42.

Téléchargez Confiance récompensée.

Pièces par ordre alphabétique

Cliquez sur les titres pour voir la description et télécharger le texte. (Les titres suivis de ** ne sont pas gratuits.)

Marionnettes à doigt

Marionnettes à doigt
Photo de Diablanco sur Wikimedia Commons

Par Chantal Bilodeau-Legendre

Lorsque « le doigt du marionnettiste constitue le moteur principal de la manipulation », on parle de marionnette à doigt. Cette petite chose a un grand potentiel, comme en témoigne Mélodie Bérubé dans sa capsule vidéo « En bref : La marionnette à doigt ».

Mélodie présente les sortes de marionnettes digitales, les espaces de jeu possibles, les types de manipulation et des conseils pratiques pour la manipulation à vue. Le tout agrémenté d’exemples pertinents. Et d’une chaussette volubile.

Un mot au sujet de l’organisation

Si vous utilisez des marionnettes à doigt avec des enfants, à la garderie ou dans une classe d’école du dimanche par exemple, préparez votre matériel avant de commencer votre présentation. Placez à portée de main (et hors de la vue des enfants) les accessoires dont vous aurez besoin. Déposez-les par exemple dans une boite (une « cache ») ou dissimulez-les derrière vous. Plus votre matériel sera ordonné, plus ce sera facile d’y accéder aux moments opportuns.

Réduisez la distance qui vous sépare des enfants. Faites-les assoir en demi-cercle devant vous afin qu’ils puissent bien voir les petits personnages qui s’animeront sous leurs yeux.

Faites les s’exprimer

Le contenu de cette section provient d’un texte que j’ai traduit il y a quelques années pour le compte d’Awana International Canada. Il s’agit de conseils généraux pour l’utilisation des mascottes du programme des Bouts d’chou. Utilisé avec permission.

« Si vous manipulez plus qu’une marionnette à la fois, remuez seulement celle qui prend la parole. Gardez les autres immobiles, face à celle qui parle. Si deux personnages parlent en même temps, faites-les hocher la tête ensemble. Lorsqu’une marionnette entre en scène, faites-la apparaitre de derrière votre dos ou de la cache tout près. Pour la faire sortir, ramenez-la derrière vous ou dans la cache. (Si vous utilisez un théâtre [castelet], les entrées et les sorties devraient se faire aux extrémités.)

Votre voix est un outil important pour donner vie aux personnages. Parlez d’une voix claire et forte – pas trop forte tout de même afin de ne pas effrayer vos petits auditeurs. Ayez un rythme régulier et évitez de baisser le ton à la fin des phrases. Essayez de vous exprimer avec entrain et émotion, comme si vous lisiez une histoire préférée à un tout-petit.

Bouts d'chou d'Awana
Alice et Tiwi, des Bouts d’chou d’Awana

Vous voudrez peut-être attribuer une voix particulière à chaque marionnette. Pour ce faire, réfléchissez au caractère des personnages et faites des essais. Par exemple, Alice le kangourou énergique pourrait avoir un timbre aigu et parler plutôt rapidement – mais pas trop, pour que les petits comprennent bien tous les mots. Sydney, le koala timide et paresseux, pourrait avoir une voix plus grave et plus lente. Quant à Tiwi, le gentil ornithorynque toujours de bonne humeur, il pourrait avoir une voix normale et pousser de temps à autre un rire joyeux.

Les personnages peuvent aussi s’exprimer sans paroles. Agitez le doigt de côté et d’autre pour lui faire dire ‘non’. Pliez le bout du doigt pour montrer qu’il est triste ou endormi. […] Quelle que soit l’action à représenter, pensez à exagérer vos mouvements. Puisque les marionnettes sont petites, le public verra mieux les gestes amples. Les enfants éclateront de rire en voyant leurs amis sauter de joie très haut, grimper un arbre à toute vitesse ou se heurter à un obstacle et tomber à la renverse de façon dramatique. »

Un petit brico?

Vous pouvez acheter des marionnettes à doigt toutes faites, en ligne ou dans le rayon des jouets des grandes surfaces. Mais pourquoi ne pas en fabriquer vous-même? Des bouts de feutrine, quelques points de couture, des traits au marqueur indélébile… et hop! Même un jeune enfant peut fabriquer une marionnette à doigt.

David Corbeil, collègue et ami de Mélodie Bérubé, propose à son tour une capsule vidéo : « Comment fabriquer ta propre marionnette à doigt en origami ». Un tutoriel simple et amusant – commenté à mesure par deux marionnettes en papier. (Remarquez comment chacune a sa propre voix, sa propre personnalité!)

Les marionnettes à doigt, c’est tout simple, c’est mignon et ça ne demande presque pas de matériel. Si vous désirez explorer le monde des marionnettes, pourquoi ne pas commencer par elles?

Ressources utiles

Mimes

Voici la listes des mimes offerts dans nos pages. (Cliquez sur les titres pour avoir une description et télécharger le texte.)

À voix haute

J’aime jouer avec ma voix. Raconter une histoire à des enfants me procure beaucoup de plaisir lorsque je peux prêter des voix différentes aux personnages. J’ai même un répertoire : une grenouille et un troll, ça ne s’exprime pas de la même façon! La princesse, le bûcheron, le renard et la sorcière ont chacun leur propre timbre – même la chauve-souris poltronne, qui parle sur le bout de la langue. Voix chantante ou tonitruante, suave ou rauque… L’avantage de raconter à des enfants, c’est qu’ils sont tellement indulgents! Avec eux, je peux me tromper, me reprendre, fignoler les effets. Et ils ne se lassent jamais!

Mais la voix, c’est sérieux, aussi.

Toute jeune, le lisais à voix haute des textes de Molière; plus grande, je lisais des extraits du journal en m’imaginant présentatrice de nouvelles. J’étais mon seul public, et c’était parfait comme ça. Encore aujourd’hui, j’accorde beaucoup d’importance à la lecture « audible », surtout celle de la Bible, pour mon bénéfice personnel. Je suis obligée de ralentir mon rythme de lecture, de réfléchir aux mots… et j’entends le texte comme en écho.

Je ne saurais trop vous encourager à lire à voix haute et à jouer avec votre voix. Mais pourquoi ne pas aussi la travailler, la renforcer, afin de mieux la projeter? Si vous désirez exploiter davantage cet outil si polyvalent et si puissant que le Seigneur vous a donné, je vous encourage à lire Exercices pour la voix et à visionner les deux vidéos suggérées.

Amusez-vous!

Chantal