Archives de catégorie : Interprétation

Un quatrième mur?

Photo by Tim Mossholder on Unsplash

Lorraine Hamilton

On vous a déjà dit : « Fais attention au quatrième mur »? Comme si un mur imaginaire sortait tout à coup de nulle part, ou que votre metteur en scène proposait un décor invisible? Un mur qui n’existe pas?

Question de convention

Oui, justement. Un mur qui n’existe pas, mais qui existe en théâtre. Une convention théâtrale veut qu’un mur imaginaire se dresse entre la scène et la salle. Imaginez que vous êtes sur une scène classique. Vous pouvez facilement voir deux murs latéraux et un mur à l’arrière-scène. Le quatrième mur est celui que vous ne voyez pas et qui vous sépare du public. Il existe afin de créer un effet de distance entre le comédien et le spectateur.

En théâtre, la distance est voulue pour que le comédien n’ait pas de contact visuel avec le public. C’est une règle à respecter.

Le spectateur est comme un « voyeur », et c’est ainsi qu’il « entre » dans l’histoire qui se déroule devant lui. Le jeu ne doit pas briser le quatrième mur, sinon il brisera aussi l’illusion réaliste. Le comédien joue comme s’il n’y avait pas de public et, ainsi, il joue plus proche de la réalité.

En s’adressant directement au public, on risque de rompre ce qu’on appelle, le « contrat narratif » réaliste. Autrement dit, le spectateur décrochera. C’est un peu comme au cinéma : les acteurs ne regardent pas la caméra, elle est « inexistante ». C’est la même chose au théâtre : pour les comédiens, le public n’existe pas.

Des exceptions

Toutefois, un narrateur peut et doit s’adresser à la salle. Il est le seul sur scène qui peut le faire. Le narrateur est aussi près de la salle que de la scène, et c’est lui qui fait le lien entre les deux. Sa position narrative exige de lui une proximité avec les spectateurs, contrairement aux comédiens de scène.

On pourrait croire que les monologues ou les apartés brisent le 4e mur, mais en fait, c’est plutôt le personnage qui se parle intérieurement. Cette technique constitue, elle aussi, une convention théâtrale.

Par ailleurs, en théâtre jeunesse, destiné aux enfants, on peut briser ce mur pour faire interagir ces derniers. Il faut stimuler les enfants pour attirer leur attention. Un public adulte, en revanche, n’a pas besoin d’une telle stimulation.

Briser le mur?

Il se peut qu’un groupe qui débute brise le 4e mur sans en être conscient – tout simplement parce qu’il n’en connait pas l’existence.

Il arrive toutefois que certains metteurs en scène cherchent volontairement à le briser, par exemple sur une scène éclatée, en théâtre de rue, etc. Dans ce cas, les comédiens s’adressent directement au public. Pour se lancer dans une telle aventure, il faut que l’action soit justifiée et faite intelligemment. Il faut aussi s’attendre à ce que le public soit déstabilisé.

En théâtre réaliste, on recherche l’effet d’identification: le comédien s’identife à son personnage, et les spectateurs s’identifient aux personnages incarnés sur la scène. En brisant le 4e mur, le comédien interrompt cet effet.

Personnellement, surtout si vous faites vos premiers pas en théâtre, je vous conseille de respecter le 4e mur afin de bien faire passer votre message. Lorsque je travaille avec les comédiens, je leur demande aussi de ne pas lancer des regards dans la salle (pour apercevoir papa ou maman, par exemple). Un regard qui se perd ainsi est toujours repéré par plusieurs, qui ne manquent pas de décrocher. Suivez mon conseil : concentrez-vous sur votre jeu. Portez toujours vos regards et votre attention sur l’action qui se passe sur scène, et le public en fera tout autant.

Exercices pour la voix

Photo de Jason Rosewell sur Unsplash.com

La voix est l’organe de la parole et du chant : pour la travailler, la renforcer, la projeter, il ne suffit pas de simplement faire vibrer nos cordes vocales; il faut solliciter tout le corps. À cet effet, Lorraine a repéré deux vidéos instructives.

Tout d’abord, plusieurs exercices proposés par Fanny Pierre, actrice belge, dont bâiller, faire BRRR et MMM, petit-pot-de-beurreriser, se glisser un stylo entre les dents, faire des bulles avec une paille, jouer avec les consonnes et les voyelles… Le BRRR m’a posé problème.

Ensuite, un tutoriel d’Isabelle Trottier, cantatrice québécoise, qui explique avec clarté et simplicité les notions de respiration (abdominale, bien entendu), de posture (tiens, Fanny Pierre parle elle aussi de la « colonne d’air »), d’émission sonore et de projection. Mme Trottier propose aussi des exercices pratiques pour vous aider à vous améliorer. Le BRRR m’a encore posé problème.

De plus, vous trouverez des virelangues dans nos pages et sur divers sites d’élocution française. Tapez simplement virelangue dans un moteur de recherche.

Quant au BRRR, j’ai trouvé un truc : pour « démarrer » le mouvement des lèvres, je me sers de mon index quand je commence à expulser l’air. Avec un peu de pratique, je devrais bien finir par y arriver du premier coup, sans le doigt!

Lisez aussi l’article Projection de la voix.

Chantal

Méchant syndrome…

Par Chantal Bilodeau-Legendre

J’ai l’habitude de monter des pièces de mon cru, et je crois souffrir du « syndrome de l’auteure omnisciente ».

Les personnages que je crée sont toujours si vivants dans ma tête! Leur voix, leur « mentalité », même leur démarche – j’entends tout, je vois tout, je sais tout! Je n’ai qu’à dire à mes comédiens quoi faire! Je leur montre comment donner corps à ces créations de mon esprit. Je les guide presque pas à pas… Un peu trop, je pense.

En effet, en négligeant l’étape de l’étude de leurs personnages, je prive mes comédiens d’une réflexion préliminaire, essentielle au jeu dramatique sensible et intelligent. Oh! Je ne dis pas que mes comédiens jouent sans sensibilité ni intelligence! Non, mais ils n’explorent pas les personnages eux-mêmes, ils n’en font pas la connaissance eux-mêmes. Ils font ce que je leur dis (en règle générale) et, par conséquent, ils ont plus de difficulté à atteindre une interprétation naturelle, aisée, spontanée.

La traduction des articles de la série « Les cinq composantes de base de l’interprétation » m’aura été profitable à moi la première! Je vous les encourage à les lire et à les relire. Commencez par la première composante, RÉLÉCHIR. (La liste des articles apparait dans notre rubrique Interprétation.)

Si comme moi vous souffrez du syndrome de l’auteure omnisciente, je vous souhaite bonne guérison! 🙂

Les cinq composantes de base de l’interpréation (5): DIRE

Les articles de la série « Les cinq composantes de base de l’interprétation » sont tirés de DramaClub Training Manual (2002), © DramaShare 2002. Traduction et adaptation par Chantal Bilodeau-Legendre, avec l’aimable autorisation de DramaShare, www.dramashare.org.

Les cinq composantes de base permettant de construire un personnage crédible :

RÉFLÉCHIR – VOIR – RESSENTIR – SE DÉPLACER – DIRE

Maintenant, vous voilà rendu au point où vous pouvez songer aux répétitions! Ce n’est qu’après avoir envisagé un personnage sous tous ses angles que vous pourrez commencer à penser à dire ses mots.

DIRE

En effet, il faut d’abord… réfléchir au sens de ses paroles, visualiser son aspect, considérer sa manière de s’exprimer, comprendre sa dynamique émotionnelle, avoir un aperçu de ses gestes et déplacements – après quoi on peut le faire parler. Vous constaterez d’ailleurs qu’après avoir ainsi fait vos devoirs, vous serez en mesure de dire votre texte avec efficacité.

  • Ressentez les émotions de votre personnage.
  • Réfléchissez à la façon dont elles vous permettent de développer la voix qui convient au rôle.
  • Laissez votre voix réagir avec naturel à vos émotions, au fil de votre lecture.
  • Donnez libre cours à votre réaction, que ce soit en riant, en pleurant, en chuchotant.
  • Que votre voix soit naturelle, colorée, spontanée.

Bien souvent, vous trouverez presque étrange de voir comment votre voix prend automatiquement le ton, le volume et l’inflexion appropriés.

Une telle interprétation, que vous auriez considérée comme pratiquement inaccessible si vous étiez passé d’emblée au stade des répétitions, s’avèrera plus facile et rendra votre expérience théâtrale infiniment plus agréable.


DramaShare nous a fourni le contenu de cet article afin que nos visiteurs puissent en profiter. Si vous croyez ces informations utiles à votre ministère de théâtre, nous vous encourageons à considérer la possibilité de soutenir DramaShare en devenant membre.

Les cinq composantes de base de l’interprétation (3): RESSENTIR

Les articles de la série « Les cinq composantes de base de l’interprétation » sont tirés de DramaClub Training Manual (2002), © DramaShare 2002. Traduction et adaptation par Chantal Bilodeau-Legendre, avec l’aimable autorisation de DramaShare, www.dramashare.org.

Les cinq composantes de base permettant de construire un personnage crédible :

RÉFLÉCHIR – VOIR – RESSENTIR – SE DÉPLACER – DIRE

Vous voilà à l’étape où il faut développer une empathie complète pour le personnage que vous incarnerez. Vous voudrez revêtir toutes ses émotions. Voici plusieurs questions à poser à votre personnage pour y parvenir.

RESSENTIR

  • Quel genre de personne es-tu?
  • Pourquoi te conduis-tu de cette manière?
  • Comment en es-tu arrivé à cette situation dans laquelle tu te trouves maintenant?
  • Es-tu bien adapté socialement?
  • Es-tu timide et réservé ou exubérant?
  • Quel est ton but?
  • Qu’est-ce qui t’empêche d’atteindre ton but?
  • Qu’est-ce que les autres personnages disent de toi?
  • Qu’est-ce qui a pu t’arriver dans l’enfance pour que tu penses et agisses comme tu le fais aujourd’hui?
  • De quelle manière ton environnement t’a-t-il influencé?
  • Quels sont tes problèmes?
  • Est-ce que tu assumes tes responsabilités, ou bien les fuis-tu?
  • As-tu développé un mécanisme de défense qui t’aide à fuir les difficultés?
  • Es-tu cynique, agressif, tendu, arrogant, amical, bavard, introspectif, idéaliste, timide, craintif, jaloux, charmant?
  • Comment réagis-tu au stress et aux tensions?
  • Quelle est ton humeur? Pourquoi es-tu de cette humeur?
  • Ton humeur change-t-elle à un certain moment de l’histoire? Si oui, quand et pourquoi?
  • Quelle est ta nouvelle humeur?

En voici d’autres, pour vous :

  • Comment puis-je le mieux rendre les humeurs de mon personnage?
  • Comment les émotions de mon personnage influent-elles sur celle des autres personnages?
  • Quelles émotions ai-je déjà vécues qui pourraient m’aider à rendre celles de mon personnage?

Essayez de comprendre l’arrière-plan affectif et social de votre personnage. Tentez de saisir les divers sentiments qui l’habitent au fil de l’histoire. Considérez aussi l’effet de ses sentiments sur les autres protagonistes. Imaginez des situations où vous pouvez voir évoluer votre personnage. Ressentez vous-même ses émotions. Que pouvez-vous faire pour assurer la continuité des réflexions et des émotions tout au long de la pièce?

Lisez la suite : Les cinq composantes de base de l’interprétation (4) : SE DÉPLACER.


DramaShare nous a fourni le contenu de cet article afin que nos visiteurs puissent en profiter. Si vous croyez ces informations utiles à votre ministère de théâtre, nous vous encourageons à considérer la possibilité de soutenir DramaShare en devenant membre.