Archives par mot-clé : Pièces

Mô de société

Chantal Bilodeau-Legendre

En 2006, Lorraine et moi avons groupé dans le recueil Mô de société, publié aux Éditions Parfam, six sketchs écrits pour nos églises respectives. Pourquoi ce titre?

“Soif de sécurité, quête du bonheur, matérialisme, relations virtuelles, idolâtrie… Voilà bien quelques MAUX de notre société! Débat sur l’évolution, conversations hachées ou à sens unique… On pourrait parler de MOTS de société.

Comme entre MAUX et MOTS notre coeur balançait, nous avons opté pour Mô. Tout simplement.” (Quatrième de couverture)

Ces sketchs avaient d’abord visité quelques coins du Québec et d’Europe. Ils ont servi de tremplin à des présentations de l’Évangile et à des discussions sur des questions spirituelles. Ils sont drôles, mais surtout ils portent à réflexion.

Après entente avec les Éditions Parfam, nous mettons à disposition les six textes de ce recueil, légèrement modifiés – après presque 15 ans, une révision s’imposait!

Vous trouverez la description de ces sketchs, ainsi que le lien pour  télécharger les textes, en cliquant sur les titres suivants.

 

Henriette Feller (1800-1868)

Je ne connaissais pas Henriette Feller avant qu’on me demande, cet automne, d’écrire un monologue où je la personnifierais. J’ai lu les Mémoires de Mme Feller et j’ai découvert une femme d’exception. On m’avait fait une commande « d’au moins 30-35 minutes ». J’ai fait une pièce d’un peu plus d’une heure : Henriette Feller, passion et audace au service de Dieu. Je suis heureuse d’avoir pu compter sur Lorraine pour assurer la mise en scène.

L’occasion? Une retraite, en avril dernier, réunissant plus de 200 femmes à Saint-Jean-sur-Richelieu, près de la Grande-Ligne, au Québec – berceau d’un réveil religieux au milieu du 19e siècle, réveil occulté dans tous les manuels d’histoire, car le clergé catholique a régné en maitre depuis l’époque de la Nouvelle-France (à partir de 1608) jusqu’au milieu des années 1960. Notre héritage évangélique recèle des perles que j’ai eu un plaisir immense à découvrir et à présenter.

Cette pièce se compose d’une succession de dialogues à une voix, de réflexions, de souvenirs. J’ai voulu raconter la vie et l’œuvre de cette missionnaire suisse en les plaçant dans leur contexte religieux, politique et social. Je cherchais à la fois à instruire et à édifier les croyants. Dans sa grâce, Dieu a permis que des cœurs soient encouragés.

Vous trouverez ici et ici des extraits de ce monologue, agrémentés de quelques photos. Bonne lecture!

Chantal

Jésus et les docteurs de la Loi

1 jeune garçon, 1 femme, 1 homme

Texte de Hervé Moulin

Mot de l’auteur: Cette pièce développe un passage qui n’est qu’esquissé dans les Évangiles : la visite de Jésus au Temple lorsqu’il avait douze ans, et ses discussions avec les Pharisiens qui étaient, nous disent les Évangiles, « frappés de son intelligence et de ses réponses » (Luc 2 :47).  Il m’a paru intéressant, dans cette histoire, de confronter Jésus enfant à un Pharisien très âgé, arrivé au terme de son existence. Leurs deux manières de voir la foi reflètent en même temps leur âge respectif, et la différence entre l’ancienne et la nouvelle Alliance.

Cette pièce se prêtera donc bien à un culte sur ce thème, ou à un culte où les enfants ont la place d’honneur.

Elle est tirée d’une pièce plus vaste, reprenant la vie de Jésus racontée par Marie, et intitulée « Nulle autre femme et toutes les mères ».

Cliquez ici pour télécharger le texte, aimablement prêté par l’auteur. Cette pièce est un extrait remanié de l’ouvrage Histoires du royaume pour une république publié par les Éditions Ourania.

Deux nouvelles pièces pour Pâques






Lorraine et moi sommes heureuses de vous proposer  deux nouvelles pièces de Pâques. Voyez La croix, d’Hervé Moulin, ainsi que Le centurion au sépulcre, de Bernard Le Néel et Christian Querré. Ces deux pièces nous ont été généreusement offertes par les auteurs, qui ont eu à cœur de contribuer à notre site.  Nous les en remercions bien sincèrement!

Comme vous le constaterez, les derniers événements de la vie de Jésus sont abordés de façon très différente dans ces reconstitutions. La croix présente un traitement solennel et émouvant de la crucifixion de Jésus, vue par Jean et Marie. Quant au Centurion au sépulcre, nous y observons  l’embarras comique dans lequel sont plongés les gardes chargés de surveiller le tombeau.

Il vous reste encore du temps pour préparer un petit programme pour Pâques, si vous n’avez pas encore commencé. N’oubliez pas de consulter notre dossier de Pâques!

Chantal

 

 

 

La croix

1 homme, 1 femme, voix d’homme

Texte de Hervé Moulin

Mot de l’auteur : Cette pièce porte à la scène la crucifixion selon l’Evangile de Jean. Elle a pour avantage de donner en quelques phrases, très courtes puisque prononcées par Jésus lui-même dans la souffrance, le message central de l’Evangile. Celui-ci peut être délivré clairement et avec sentiment par le comédien qui joue Jésus, puisqu’il peut se concentrer sur l’expression orale en étant dispensé à la fois d’avoir à mémoriser le texte et de le jouer sur scène (le rôle se joue de la coulisse). L’émotion « visible » est rendue par Marie et Jean, rôles que l’on confiera de préférence à des comédiens expérimentés. Cette courte pièce, qui compte peu de personnages, est donc plutôt facile à monter et conviendra particulièrement à la période de Pâques.

Ce passage est extrait d’une pièce plus vaste, reprenant la vie de Jésus racontée par Marie, et intitulée « Nulle autre femme et toutes les mères ».

Cliquez ici pour télécharger le texte, aimablement prêté par l’auteur. Cette pièce est un extrait remanié de l’ouvrage Histoires du royaume pour une république publié par les Éditions Ourania.