RSS Feed
déc 29

Éclairage: Recréer le désert

Posté le 29 décembre 2009 dans Technique

Bonjour,

Je suis éclairagiste et je travaille sur une pièce où j’aimerais recréer le désert. Merci!

Choukri 

Bonjour Choukri,

J’ai discuté de votre besoin avec Hugo, notre spécialiste en éclairage. Voici ses suggestions.

Plusieurs facteurs doivent être considérés quand on conçoit l’éclairage d’une pièce : la grandeur de la salle, les dimensions de la scène, les couleurs du fond de la scène, du plancher, etc. Même le décor réagit à la lumière. Ce qu’il faut, c’est oser essayer, jouer avec vos équipements d’éclairage! Chaque scène est différente et ce sont plusieurs essais qui détermineront si votre choix d’éclairage s’avère judicieux.

Évidemment, c’est le « moving light » qui saura le mieux représenter l’effet d’un désert. Un « moving light» est un projecteur asservi, à contrôle entièrement électronique. Le technicien peut effectuer ses choix à partir d’une console pour changer les formes et les flux lumineux ou encore les programmer, mais peu de troupes en possèdent. En effet, ce matériel coûte très cher et, en bougeant, il produit des bruits désagréables qui peuvent déranger durant une pièce de théâtre

Cependant, on peut toujours reproduire l’effet d’un désert à partir de projecteurs ordinaires comme les fresnels ou les lekos et ce, en utilisant des couleurs chaudes. Une possibilité serait d’utiliser de face, en avant-plan, un fresnel de couleur orange foncé tirant sur le rouge. Ensuite, un peu plus loin derrière le fresnel, installez un leko de couleur plus contrastante — en choisissant toujours des couleurs chaudes, comme un jaune presque orange. Sur ce dernier leko, vous pourriez installer un gobo fixe (une sorte de filtre), qui permet de créer une texture grâce à plein de petites touches de couleur. Voyez par exemple le troisième gobo de la première rangée en cliquant sur le lien suivant :

http://www.martin.com/gobo/goboprodpage.asp?group=12

Toutefois. Il vaut mieux ne pas ajuster le foyer (focus) du leko de façon trop définie, mais de le laisser plutôt flou, ce qui devrait offrir un effet de « mirage désertique », comme les ondes de chaleur qui s’élèvent du sol. Jouez autant que possible avec le foyer du leko afin d’obtenir l’effet recherché

Surtout, faites plusieurs essais pour trouver le meilleur emplacement des lekos et des fresnels : avant, arrière, haut, etc. L’enjeu principal du résultat sera, à coup sûr, l’endroit où vous placez vos projecteurs. Il est possible qu’en ajoutant quelques projecteurs en « douche » (provenant directement du plafond) le résultat soit meilleur.

Bref, utilisez des teintes chaudes et jouez avec l’équipement dont vous disposez. C’est à force d’essais que vous trouverez ce qui conviendra à votre besoin!

Nous espérons que les conseils de Hugo vous seront utiles pour avancer dans votre production. Bon travail!

Lorraine

déc 29

Éclairage: conseils généraux

Posté le 29 décembre 2009 dans Technique

Bonjour! Moi et mon ami, on fait l’éclairage d’une pièce de théâtre dans une école secondaire. La pièce se déroule dans un salon. Est ce que vous avez des suggestions pour nous. Merci!
Pior Pat Levi

Bonjour Pior Pat Levi,

Vous parlez d’une pièce de théâtre dont l’histoire se déroule dans un salon. À première vue, ce genre de pièce demande peu d’effets spéciaux.

Élaborer l’éclairage d’une pièce est d’abord un travail d’équipe entre les éclairagistes, les concepteurs du décor et des costumes (pour les couleurs, car la lumière colorée se superposera aux autres couleurs) et bien entendu le metteur en scène.

Voici plusieurs choses auxquelles il faut réfléchir :

1) Combien de zones (endroits différents) faut-il éclairer en même temps sur cette scène? Un salon simplement? Donc, un seul éclairage général sera nécessaire. L’éclairage général est formé de plusieurs projecteurs (frenels, lekos, PAR64) qui sont ouverts en même temps afin de créer une ambiance générale. Vous pouvez sortir de cette zone d’éclairage par des « black-out » lors des changements de personnages et de temps. Si toutefois, il y a deux zones d’éclairage (comme un salon et une cuisine), il faut prévoir deux éclairages généraux, car vous aurez besoin de deux ambiances différentes.

2) Un bon éclairage général composé de plusieurs fresnels est toujours l’idéal. Les fresnels sont des projecteurs dotés de portes de grange afin de laisser le faisceau « emprisonné » sur la scène seulement, pour qu’il ne s’étende pas sur le public, les rampes, etc. Ils sont conçus spécialement pour le théâtre et on les places plus près de la scène. On retrouve aussi des PAR64 qui ont la même fonction. Ils sont plus gros, mais offrent une moins bonne qualité d’éclairage. Il faut aussi voir si ces projecteurs peuvent accueillir des « portes de grange » et des gélatines (pellicules plastiques de couleur, qui colorent la lumière). Les lekos, quant à eux, se retrouvent souvent plus loin.  Les lekos se placent beaucoup plus loin de la scène. Ils sont généralement plus forts et ils donnent la possibilité d’offrir de plus petits faisceaux lumineux grâce à leurs couteaux qui permettent de bien découper la lumière. Nous les utilisons pour aller chercher des zones plus précises dans les éclairages généraux ou créer des effets spéciaux. (Dans notre article L’éclairage de notre site web, vous trouverez plusieurs conseils généraux qui pourront vous guider.)

3) L’éclairage général veillera à offrir une bonne visibilité sur tous les personnages et sur tout le décor de votre salon. Faites toutefois attention à ne pas créer d’ombrage sur le fond de la scène avec les décors ou les personnages si le fond de la scène est pâle, car ces ombres sont toujours fort désagréables pour les spectateurs.

4) Comme l’histoire se passe dans un salon, ne choisissez pas des couleurs comme le bleu, le rouge, le jaune, etc. Utilisez plutôt celles qui représentent bien l’ambiance chaleureuse d’un salon, comme la couleur « ambre » ou les teintes qui s’y rapprochent. Mais pensez à ceci : un éclairage de jour est différent d’un éclairage de soir. Cherchez à représenter le plus possible la réalité de la pièce.

5) Il sera important de discuter avec le metteur en scène pour connaître ses besoins. Peut-être aimerait-il faire ressortir des scènes comme des monologues, des rêves, des réflexions qui nous sortent complètement de l’ambiance générale de la pièce. Pour réussir ces effets, on créé des éclairages spéciaux afin de mettre ces zones en relief. En fermant l’éclairage général et en ouvrant deux ou trois lekos (selon l’importance de la scène) sur l’endroit ciblé, vous créerez une ambiance différente qui transportera le spectateur ailleurs que dans le salon habituel.

6) Bien entendu, il y a aussi la question de l’équipement dont vous disposez. Selon que votre auditorium est bien équipé ou non, vous pourrez soit développer un éclairage sophistiqué, soit viser la simplicité en offrant la meilleure visibilité possible pour les spectateurs.

En espérant que ces recommandations vous aident à aller un peu plus loin dans votre travail, nous vous souhaitons bonne chance!

L’Équipe TE

déc 29

Un peu de technique

Posté le 29 décembre 2009 dans Éditorial

Freedigitalphotos-net SpotLa technique, ce n’est pas mon fort. Je préfère mettre l’accent sur le texte! Mais grâce à Lorraine, j’ai bien vu, par exemple, qu’une pièce musicale, insérée au bon moment, pouvait mettre en relief une scène importante et susciter chez le spectateur des émotions plus intenses. L’éclairage aussi peut s’avérer un outil puissant si on veut, disons, « isoler » une comédienne pendant son monologue ou créer une atmosphère feutrée, surréelle ou sinistre. 

Alors justement, à propos de technique, nous vous suggérons … 

Éclairage : Conseils généraux Deux adolescents responsables de faire l’éclairage d’une pièce montée par leur école nous demandent des suggestions. Nous leur avons donné quelques principes de base pour partir du bon pied!

Éclairage : Recréer le désert Un internaute nous a écrit pour nous demander des conseils : il voulait recréer le désert au moyen de l’éclairage. Vous trouverez ici la réponse de Lorraine, qui a consulté Hugo, notre crack de l’éclairage. 

Bruitage   Babillage de bébé, épées qui s’entrechoquent, carambolage d’automobiles… Vous trouverez ici quelques adresses où on peut trouver des trucs de bruitage, télécharger des bruits ou acheter des CD d’effets sonores. 

Bonne lecture! 

Chantal

avr 25

Ombres et lumière

Posté le 25 avril 2009 dans Théâtre et foi

Le mois dernier, deux internautes nous ont posé des questions relativement à l’éclairage. Les réponses de Hugo et Lorraine à leurs commentaires sont devenues des articles de la rubrique Technique. (Voyez Quatre zones et Effet marin.) De cette façon, nos lecteurs pourront les repérer plus facilement s’ils font une recherche par catégorie ou par mot clé.

 

Personnellement, la technique n’est pas mon fort. Hugo est un passionné de l’éclairage de scène! Et Lorraine déniche des ressources et des bonnes idées! Mes connaissances en éclairage sont très limitées. Cependant, je pourrais résumer en quelques mots un principe essentiel : La juste orientation des projecteurs permet de chasser les ombres des comédiens. (Voyez l’article L’éclairage).

 

Chasser les ombres. Quelle belle image!

 

Chasser les ombres sur la scène est excellent. Comme c’est agaçant de voir danser l’ombre d’un comédien sur le visage d’un autre! On perd alors des mimiques, des gestes importants – en plus, peut-être, de perdre patience!

 

 Mais chasser les ombres dans la vraie vie? N’est-ce pas mieux encore?

 

Jésus affirme être lui-même la lumière du monde, et il chasse les ténèbres intérieures de ceux qui placent leur confiance en lui. Ces derniers, à leur tour, doivent marcher en enfants de lumière et porter la lumière de Christ autour d’eux.

 

Tout cet échange de lumière, tout ce balayage d’ombres, le théâtre évangélique peut-il y contribuer? Oui, je pense qu’il peut être un outil utile à cet effet. Je crois que le monde a besoin d’un théâtre lumineux, porteur d’espérance. Mais aussi d’un théâtre sensible, fier de son message et respectueux de son public. D’un théâtre de qualité qui donne soif – comme le sel donne soif. D’un théâtre humble qui indique un chemin – qui pointe vers Celui qui est le chemin.

 

L’entreprise peut sembler de taille, mais le grand Créateur prend plaisir à équiper ceux qu’il appelle à le servir par le théâtre (et par n’importe quel autre moyen, d’ailleurs!). Être à l’écoute de sa voix, être à l’affût de ses ressources, marcher soi-même dans sa lumière… Voilà des façons de progresser constructivement dans son ministère de théâtre. Certes, cela n’exclut ni les difficultés ni les erreurs, mais nous permet de vivre en étroite dépendance de Celui qui est l’Auteur de toute créativité.

 

Chantal

 

avr 25

Éclairage: Quatre zones

Posté le 25 avril 2009 dans Technique

Bonjour,

Nous sommes un petit groupe et travaillons pour la première fois sur une comédie musicale. Nous avons repéré 4 zones de déplacement sur la scène. Nous n’avons pas du tout de matériel d’éclairage. J’aimerais savoir combien de spots sont nécessaires pour obtenir un éclairage simple à piloter, efficace et à moindre coût. La scène mesure 6,80 m (largeur) x 4,50 (profondeur)? Quel type de projecteurs (par 56-300W ?) Merci de votre réponse.

Thierry

 

Bonjour Thierry,

 

Vous nous donnez peu de détail sur les jeux d’éclairage ainsi que sur la mise en scène que vous désirez faire. Vous nous parlez de quatre zones de déplacements.

 

1) Il peut s’agir de quatre tableaux différents à éclairer de façon générale, individuellement. Cette éventualité vous demande d’éclairer un tableau à la fois en laissant les trois autres dans l’ombre. Question mise en scène, ce genre de disposition rend plus difficile la visibilité des scènes (on tente toujours de centrer nos déplacements).

 

2) Ou peut-être travaillez-vous avec une aire de jeu principale en ajoutant trois aires de jeu secondaires. À cet effet, je vous suggère de lire (et d’observer le croquis) de l’article Aires de jeu dans notre rubrique Mise en scène.

 

Nous parlons d’éclairage général lorsque la zone principale de jeu est éclairée. Il s’agit de l’éclairage « ordinaire » qui demeure tout au long de la pièce. Il se concentre souvent au centre de la scène, zone généralement habitée durant la majeure partie de la pièce et dans laquelle se déroulent les déplacements principaux. Cela permet d’offrir une meilleure visibilité aux spectateurs.

 

Lorsque des jeux parallèles demandent une ambiance différente, nous laissons la zone principale de jeu (et l’éclairage général par le fait même) pour entrer dans une zone de jeu secondaire. Les zones secondaires ne demandent pas d’éclairage général : on y produit plutôt des éclairages spéciaux.

 

Afin d’obtenir une présence sur scène, au moins deux projecteurs de l’avant sont requis: l’un à gauche et l’autre à droite des comédiens.

 

Voici à présent les conseils et suggestions de Hugo, chef électrique chez Solotech à Québec :

 

Les PAR-56 (il existe aussi des PAR-46 et des PAR-64) sont des projecteurs qui sont plutôt utilisés pour des spectacles de musique ou à l’extérieur. Il est impossible de définir des zones précises avec ce genre de lampe. En effet, elle donne un faisceau très large que nous ne pouvons contrôler (côtés, plafond, tête des spectateurs, etc.). Toutefois, ce choix d’éclairage est le moins cher et, lorsqu’il est utilisé, il doit être situé assez près de la scène.

 

En théâtre, pour un FOH (Front of house), nous préférons utiliser les fresnels ou les lekos. La fresnel est conçue pour le théâtre et donne une meilleure qualité pour un éclairage général. On y retrouve des « portes de grange » qui servent à découper des zones précises et laissent dans l’ombre les aires de jeu que nous ne désirons pas éclairer. Il faut toutefois mettre les rampes assez proche – à environ 25 pieds (7,5 m) de la scène. Si cette distance ne vous est pas possible, il vous faudra utiliser des lekos.

 

Le leko (ou la découpe – souvent 750 watts) permet d’obtenir une focalisation encore plus précise (« coupée au couteau »). Grâce à sa focalisation exceptionnelle, les rampes peuvent être installées sur une assez longue distance (plus ou moins 75 pieds, ou 22,50 m). Les fresnels comme les lekos sont sensiblement au même prix, à la location.

 

Dans les deux cas, il faut penser à au moins deux projecteurs par zone d’éclairage, selon l’intensité des projecteurs utilisés, la focalisation, etc. Il est difficile d’évaluer le nombre de projecteurs sans connaître la façon dont vous désirez utiliser l’éclairage (voir points 1 et 2 plus haut). Il est possible d’utiliser deux projecteurs par aire de jeu tout en utilisant tous ces mêmes projecteurs dans l’aire de jeu principale, selon votre concept.

 

Il faut aussi prévoir certains autres détails, comme la console ou les gélatines (pour les fresnels) de couleur pâle de préférence (ambrées) pour l’éclairage général. Si vous pouvez lire l’anglais, le site suivant offre de très bons conseils: http://www.rosco.com/

 

Hugo se fera un plaisir de répondre lui-même à vos questions si vous précisez davantage vos besoins!

 

Lorraine