Diriger des enfants

Cet article est tiré de Christian Drama Ministry Organizational Manual Edition 3.0 (2000), © DramaShare 2000. Traduction et adaptation par Chantal Bilodeau-Legendre, avec l’aimable autorisation de  Dramashare.

Exercer un ministère de théâtre avec des enfants, c’est procurer à ces derniers d’excellentes occasions d’apprendre et de grandir. Il ne s’agit pas de simplement les « occuper » ou de fournir à leurs parents quelques heures de tranquillité chaque semaine! Ce travail est parfois un véritable défi. Il comporte sa part de frustrations, mais, chose certaine, il entraine toujours des bénédictions.

Les enfants sont des personnes à part entière, et non de simples adultes en miniature. Nous avons tendance à l’oublier. Pour cette raison, nous devons les aborder comme des êtres importants, en nous plaçant à leur niveau.

La direction d’enfants n’implique ni la même dynamique ni les mêmes motivations que la direction d’adultes. Cependant, les principes sont semblables, que l’on travaille avec des comédiens grand ou petit « format ». Plus vous comprenez en quoi consiste la direction, plus vous augmentez vos compétences avec les enfants.

On croit parfois que le manque d’expérience avec ces derniers est un problème moindre qu’avec des adultes. Détrompez-vous! Cependant, l’expérience en théâtre est-elle indispensable quand on dirige un groupe d’enfants? Pas du tout. Les meilleurs directeurs sont parfois novices en la matière! L’important est d’apprendre quelques principes de base, applicables avec les petits et les grands.

Nous vous suggérons dix règles essentielles à garder en tête quand on fait du théâtre avec des enfants.

1. Interpréter = Faire semblant

Qu’est-ce que l’interprétation? En gros, interpréter consiste à se revêtir des caractéristiques et de la personnalité du personnage (ou de l’objet) à représenter. Expliquez ce concept aux enfants en employant des mots faciles à comprendre : « On va jouer à faire semblant », « On va faire comme si ». Les enfants sont des pros dans ce domaine! Invitez un petit à faire semblant de marcher comme un lion ou un robot, ou de faire comme s’il était un vieux monsieur avec une canne, et voyez son jeu!

Certes, ce jeu aura besoin d’un certain « coup de pouce », mais vous aurez quand même là l’essentiel! Par comparaison, demandez la même chose à un adulte, et vous devrez d’abord lui dire de se rappeler comment les enfants jouent à « faire semblant ». Avec des jeunes, vous avez une longueur d’avance sur les grands!

Petite mise en garde : Essayez d’exploiter les capacités naturelles des enfants. Ne tentez pas de changer de façon significative leurs habiletés de jeu.

2. Amusez-vous!

Personne n’a le gout de fournir des efforts exceptionnels à faire une activité ennuyante ou désagréable. Que vous travailliez avec des adultes ou des enfants, votre tâche à titre de responsable est de vous assurer que votre équipe trouve son expérience captivante, à la hauteur de ses efforts et propice à la croissance spirituelle. Prévoyez des exercices de théâtre amusants.

3. Soyez bref!

Qu’il s’agisse de répétitions théâtrales ou d’enseignement, rappelez-vous que les enfants ont une capacité d’attention restreinte. Progressez par segments courts, qui ont du punch – et un message.

4. Établissez des priorités.

Vous aurez peut-être le gout de développer chez les jeunes une centaine d’habiletés, mais… désolé! ça ne marchera pas! Dressez la liste de tout ce que vous voulez accomplir avec eux, puis déterminez vos priorités. Vous constaterez fort probablement que vos contraintes de temps et l’attention des enfants vous limiteront à la réalisation de deux ou trois choses seulement. Logiquement, vous concentrerez vos efforts sur ces éléments pendant vos répétitions.

5. Éliminez la techno.

Règle générale, les effets spéciaux risquent de créer des distractions chez les enfants et de détourner leurs pensées et leur cœur de la mémorisation et de l’interprétation, ces deux activités étant beaucoup plus importantes que la prestation elle-même. Tenez-vous-en à l’essentiel.

6. Les mots primordiaux sont ceux du texte.

Côté cour. Côté jardin. Aparté. Avant-scène. Les termes techniques, plus compréhensibles par des comédiens adultes (et encore!), n’ont pas leur place parmi les enfants. Limitez vos instructions au minimum. Employez un vocabulaire simple, à la portée des petits.

7. Planifiez, organisez, supervisez.

Planifiez les répétitions avec soin. Mettez par écrit ce que vous allez enseigner, montrer et faire exécuter. Au début de chaque rencontre, informez les enfants du programme. De cette manière, ils sauront à quoi s’en tenir et pourront contribuer au bon déroulement de la répétition et à la réalisation de vos objectifs.

Assurez-vous d’avoir des aides adultes en nombre suffisant pour superviser, diriger ou enseigner. Laisser des enfants seuls pour faire les exercices de théâtre ou répéter n’apportera rien de positif.

En règle générale, on préconise une heure de travail par minute de dialogue. S’il s’agit d’enfants, il vaut mieux augmenter cette proportion. Tenez compte de ce principe au moment d’établir votre calendrier de production et de planifier chaque répétition.

8. Un seul chef dirige.

Si vous êtes la personne responsable du groupe d’enfants, tous doivent bien le comprendre : comédiens, aides, parents, techniciens. Cependant, diriger ne signifie pas être tyrannique. Au contraire, vous avez la responsabilité de créer un esprit d’équipe parmi les participants. En revanche, rien ne nuit davantage aux progrès et à l’harmonie que des répétitions menées par un « comité ». Cela peut s’avérer pire que l’absence d’un sens de direction.

9. Favorisez le respect mutuel.

Pour créer de bonnes relations entre les membres du groupe, il importe de favoriser un climat où chacun (comédiens, leaders, etc.) sait que sa contribution constitue un élément essentiel du programme – ainsi, un enfant ne doit pas avoir l’impression d’être « juste un berger » dans la pièce. Dès le début des répétitions, mettez ce principe au clair, de telle sorte que même le plus jeune participant (et tous les adultes, cela va de soi!) le comprenne. Si quelqu’un personnifie un arbre, assurez-vous que tous reconnaissent que l’interprétation appropriée de son rôle est nécessaire à la réussite de toute la pièce. Soyez toujours sincère en communiquant ce principe. Si vous respectez les gens dont vous avez la charge, ces derniers apprendront à témoigner du respect eux aussi.

10. Vous exercez un ministère.

Enfin, soyez clair sur ce point : le travail de toute l’équipe est un ministère, un service. Vous ne présentez pas « juste un sketch ». Vous ne faites pas un « spectacle » pour divertir. Considérez votre travail comme un ministère, comme une entreprise significative dont le but est d’honorer le Seigneur et d’attirer des gens à lui. Si vous envisagez votre travail comme tel, vos jeunes comédiens agiront de même. Et les spectateurs fort probablement, eux aussi!

Et en prime…

Si vous suivez ces dix règles de base, que vous prenez plaisir à ce travail et que vous adorez le Seigneur avec les enfants chemin faisant… vous découvrirez peut-être que vous avez développé une méthode parfaite pour inciter leurs parents à faire du théâtre!


DramaShare nous a fourni le contenu de cet article afin que nos visiteurs puissent en profiter. Si vous croyez ces informations utiles à votre ministère de théâtre, nous vous encourageons à considérer la possibilité de soutenir DramaShare en devenant membre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.