La mimique

– Hector n’aime pas l’huile de foie de morue.
– Il te l’a dit?
– Non, mais tu aurais dû voir la grimace qu’il a faite quand il en a pris!

Jean-Jacques Courtine a dit : « La mimique est à la tête ce que les gestes sont au corps : une manière de signifier par le mouvement. » La mimique est le mouvement visible du visage. Elle est  le véhicule privilégié des sentiments.

 reconnaissance020

Bien souvent, les mots sont superflus pour exprimer la joie, le chagrin, l’horreur, la peur, l’inquiétude… Notre visage « parle ». Pour cette raison, la mimique en tant que langage de théâtre sert à appuyer les émotions ou les pensées qui animent le personnage. Elle peut accompagner les mots, mais pas nécessairement. En fait, bien exploitée durant un silence, la mimique est un moyen d’expression efficace et puissant.

Cependant, pour que la mimique exprime avec justesse une émotion, il faut se concentrer non sur l’émotion elle-même, mais plutôt sur la situation (personne, action) qui provoque l’émotion. Par exemple, au lieu de se dire : « Il faut que je montre que j’ai peur! Je dois donner à mes traits l’expression de la peur! » et d’essayer de se fabriquer une sorte de masque de peur, on doit penser au pourquoi de la peur à exprimer : « Une mygale grimpe le long de mon bras!!! » D’ailleurs, l’expérience le démontre : le comédien qui désire interpréter son rôle avec sensibilité mais qui se concentre seulement sur l’émotion elle-même sera vite découragé. Son jeu manquera de naturel et de profondeur.

Exercice

Exprimez par une mimique, donc sans paroles ni gestes, les émotions suivantes, suscitées par les situations indiquées.

♦ Adoration  –  Jésus revient sur des nuées.
♦ Affolement  –  Votre enfant vient d’avaler un sou et commence à s’étouffer.
♦ Bouleversement  –  Une maison est emportée par un glissement de terrain.
♦ Colère  –  Votre enfant vous insulte.
♦ Compassion  –  Un aveugle trébuche sur le trottoir.
♦ Consternation  –  Un incendie a détruit vos plus beaux souvenirs.
♦ Dédain  –  Il y a une mouche au fond de votre bol de soupe!
♦ Douleur  –  Vous avez soudain une crampe au mollet.
♦ Effarement  –  Une navette spatiale explose dans les airs.
♦ Embarras  –  Deux femmes font de la médisance près de vous.
♦ Émerveillement  –  Vous contemplez un magnifique feu d’artifice.
♦ Excitation  –  À l’aéroport, vous attendez l’arrivée de votre frère, absent depuis dix ans.
♦ Fierté  –  On décerne à votre femme une médaille de bravoure.
♦ Indignation  –  Vous entendez un adolescent menacer un petit de huit ans.
♦ Inquiétude  –  Sous vos yeux, un incendie ravage un immeuble à logements.
♦ Joie  –  Une amie vous annonce qu’elle a placé sa confiance en Jésus.
♦ Perplexité  –  Vous garez votre voiture devant deux panneaux contradictoires.
♦ Peur  –  Une voiture se dirige droit sur vous à toute vitesse.
♦ Pitié  –  Un sans-abri mendie son repas dans la rue.
♦ Quiétude  –  Vous contemplez un magnifique coucher de soleil.
♦ Reconnaissance  –  Un homme a risqué sa vie pour sauver votre enfant de la noyade.
♦ Stupéfaction  –  L’archange Gabriel vous apparaît soudain.
♦ Surprise  –  Vous recevez le cadeau dont vous rêviez depuis longtemps.
♦ Tendresse  –  Vous regardez un bébé s’amuser avec une peluche.

Amusez-vous!

Lorraine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.