À voix haute

J’aime jouer avec ma voix. Raconter une histoire à des enfants me procure beaucoup de plaisir lorsque je peux prêter des voix différentes aux personnages. J’ai même un répertoire : une grenouille et un troll, ça ne s’exprime pas de la même façon! La princesse, le bûcheron, le renard et la sorcière ont chacun leur propre timbre – même la chauve-souris poltronne, qui parle sur le bout de la langue. Voix chantante ou tonitruante, suave ou rauque… L’avantage de raconter à des enfants, c’est qu’ils sont tellement indulgents! Avec eux, je peux me tromper, me reprendre, fignoler les effets. Et ils ne se lassent jamais!

Mais la voix, c’est sérieux, aussi.

Toute jeune, le lisais à voix haute des textes de Molière; plus grande, je lisais des extraits du journal en m’imaginant présentatrice de nouvelles. J’étais mon seul public, et c’était parfait comme ça. Encore aujourd’hui, j’accorde beaucoup d’importance à la lecture « audible », surtout celle de la Bible, pour mon bénéfice personnel. Je suis obligée de ralentir mon rythme de lecture, de réfléchir aux mots… et j’entends le texte comme en écho.

Je ne saurais trop vous encourager à lire à voix haute et à jouer avec votre voix. Mais pourquoi ne pas aussi la travailler, la renforcer, afin de mieux la projeter? Si vous désirez exploiter davantage cet outil si polyvalent et si puissant que le Seigneur vous a donné, je vous encourage à lire Exercices pour la voix et à visionner les deux vidéos suggérées.

Amusez-vous!

Chantal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.