RSS Feed
juil 14

Faire du théâtre avec des enfants – notions importantes

Posté le 14 juillet 2011 dans Méli-mélo, Mise en scène


par Michelle Jest

Quelles notions essentielles doit-on bien saisir quand on fait du théâtre avec des enfants? Autrement dit, comment fait-on pour les amener à mémoriser leur texte et à bien interpréter leurs rôles?

Planification rigoureuse

La première chose à faire quand on fait du théâtre avec des enfants, c’est bien se préparer! Il vous faut planifier, et planifier encore. Une fois votre planification terminée, revenez-y et faites d’autres plans. Blague à part, la clé du succès, quand on travaille avec des jeunes, c’est de toujours avoir une longueur d’avance sur eux – et ils avancent vite! La plupart des problèmes de discipline résultent d’une planification insuffisante. Si les enfants doivent attendre avant que l’activité suivante ne commence ou que vous ne décidiez quels costumes ils porteront, ils vont s’ennuyer. Et lorsqu’ils s’ennuient, ils deviennent turbulents. Par conséquent, avant de vous présenter à une répétition, sachez exactement ce que vous ferez. Déterminez à l’avance (par écrit, de préférence) les déplacements de chaque comédien. Quand on dirige des petits, on ne peut pas leur dire : « Hmmm… tu pourrais peut-être te placer là… et si on ajoutait une chaise ici? » Ils vous boufferont tout cru. Cela implique que vous ne leur donnerez pas beaucoup de choix. Ne leur demandez pas s’ils veulent se placer à tel ou tel endroit. Dites-leur plutôt que c’est là qu’ils se placeront. Les enfants ont besoin de directives claires et concises. Au début, vous aurez peut-être l’impression d’être trop autoritaire, mais les petits ont besoin de structure et d’organisation.

Attentes élevées

En second lieu, je suggère d’avoir des attentes élevées. Traitez les petits avec respect, comme des personnes à part entière. Parlez-leur en employant un vocabulaire accessible pour eux, mais n’utilisez pas un langage de bébé ou enfantin. Je surprends toujours les parents non habitués par tout ce que je peux obtenir de leur progéniture. Les enfants voudront s’élever à la hauteur de vos attentes. Cependant, ils ne les surpasseront pas de leur propre initiative. Si vous attendez d’eux qu’ils soient immobiles et mignons et qu’ils récitent les bons mots au bon moment, ils ne feront pas plus. Si vous leur demandez de mémoriser une page et demie, de montrer de vrais sentiments et de se déplacer de manière intentionnelle, ils le feront. Bien des adultes pensent que seules les grandes personnes peuvent travailler fort et ils trouvent des excuses aux enfants : « Oh, il est trop jeune! » « Elle ne peut pas apprendre tout ce texte par cœur! » « Pourvu qu’il ne se fouille pas dans le nez sur la scène, je serai satisfaite! » Mais à la vérité, même les très jeunes enfants sont capables d’interpréter un personnage et d’être tout entiers à leur jeu si vous avez des attentes élevées. (Précision de Chantal : Attentes élevées ne signifie pas attentes excessives. Respectez les limites de vos jeunes comédiens, sans pour autant les sous-estimer.)

Mes deux fils, âgés de 5 et 7 ans, ont joué dans la comédie musicale Tom Sawyer l’été dernier avec la troupe de notre localité. Dans une certaine scène, ils devaient s’assoir sur le bord du plateau en faisant semblant d’être sur un quai et de pêcher devant eux, au niveau du public. Pendant plus d’une représentation, un spectateur de la première rangée s’est amusé à saisir leurs cannes à pêche. Mes enfants savaient comment conserver leur rôle et ils n’ont pas « décroché » une seule fois – même quand on tirait sur leurs accessoires.

Jésus au centre

Enfin, et surtout, restez centrés sur le Seigneur. Si la répétition se déroule mal, interrompez-la. Arrêtez-vous et priez! Demandez aux enfants de prier avec vous. Demandez-leur de prier pour la représentation. Les prières enfantines sont les plus tendres et les plus précieuses. Dites-leur qu’ils sont un peu comme des prédicateurs et des missionnaires : parmi les spectateurs, quelqu’un en viendra peut-être à connaitre Jésus un peu plus grâce à ce qu’ils vont dire ou faire sur la scène. Certes, c’est amusant d’interpréter un rôle et d’entendre les gens nous applaudir – mais c’est encore mieux quand on joue pour le Seigneur!

Je crois vraiment que si vous gardez les yeux fixés sur Jésus, que vous êtes bien préparé et que vous avez des attentes élevées, les répétitions se dérouleront rondement. Mais puisque votre question porte précisément sur la mémorisation du texte et l’interprétation, voici quelques suggestions.

Mémorisation

Beaucoup d’enfants sont auditifs. Ils sont capables de mémoriser sans effort des tirades de leurs personnages animés préférés. Enregistrez leur texte sur un CD ou tout autre support électronique, pour qu’ils puissent l’écouter maintes fois. Cependant, prenez garde : ils copieront probablement même l’intonation de la personne qui effectue l’enregistrement! Aussi, assurez-vous qu’ils comprennent ce qu’ils disent et qu’ils reconnaissent la pertinence du propos. Leurs tirades doivent avoir du sens pour eux si on veut qu’ils les mémorisent.

Une autre option : répéter, tout simplement. Découpez les phrases en deux ou trois petits segments. Les enfants apprennent un segment, puis le suivant, et ainsi de suite, en enchainant les phrases une à une. (Suggestion de Chantal : Lisez l’article de Lorraine au sujet de la mémorisation.)

Enfin, si vous travaillez avec un groupe à la mémorisation d’une chanson ou à une récitation collective, la meilleure façon consiste à associer des gestes aux mots. Déterminez des mouvements et incorporez-les aux déplacements. (Pensez aux comptines de votre enfance ou encore au langage gestuel pour les sourds.)

Interprétation

Interpréter un rôle est facile! Dites aux enfants de s’amuser à faire semblant. Quel petit n’aime pas les jeux de rôle? Je sais que les jeunes d’aujourd’hui passent beaucoup de temps devant l’écran de télé ou d’ordinateur, mais ils aiment quand même jouer à la poupée, au restaurant, aux policiers et aux voleurs, etc. Dites-leur : « Je ne veux pas voir Marshall sur la scène : je veux voir le roi David. » Bien entendu, il faudra leur rappeler que ce n’est qu’un jeu et que, lorsqu’ils quittent la scène, le jeu est fini. Selon l’âge des comédiens, cette précision peut être très importante.

Les considérations de cet article conviennent pour des jeunes de trois à dix-sept ans. Rien n’est plus gratifiant que de pouvoir amener une fillette timide (qui n’arrive même pas à prononcer son nom assez fort pour qu’on l’entende) à sortir de sa coquille de sorte qu’à la production suivante, elle est la première à vouloir y participer!

Bref :

  • Planifiez des répétitions bien remplies – prévoyez trois fois plus de choses que vous ne croyez nécessaires.
  • Ayez des attentes élevées et énoncez-les clairement.
  • Gardez Christ au centre.

Et n’oubliez pas : amusez-vous!

Cet article a paru en anglais sous le titre Working with children in Drama, dans la lettre de nouvelles de DramaShare de février 2005. Traduction et adaptation par Chantal Bilodeau-Legendre. DramaShare nous a fourni le contenu de cet article afin que nos visiteurs puissent en profiter. Si vous croyez ces informations utiles à votre ministère de théâtre, nous vous encourageons à considérer la possibilité de soutenir DramaShare en devenant membre. Voyez les diverses options en cliquant ici.

juin 12

Dossier Marionnettes

Posté le 12 juin 2011 dans Méli-mélo

Voici une liste de ressources utiles pour ceux et celles qui s’intéressent aux marionnettes comme véhicules de leurs messages. Si des liens ne sont plus fonctionnels, merci de nous en aviser. Et si vous connaissez d’autres ressources pertinentes, n’hésitez pas à nous en informer! Écrivez-nous à theatreevangelique@hotmail.com.

Articles dans nos pages

Articles intéressants hors site

Scripts à caractère évangélique

Troupes évangéliques

L’art de la marionnette en général

  • Article très intéressant de wikipedia, en particulier la section De la marionnette à l’espace dramatique.
  • Section sur les Arts de la Marionnette du Musée canadien des civilisations. Découvrez en textes et en images les différents types de marionnettes. Le Coin éducatif propose aussi des plans de leçons et des activités pour les enfants. Dans les plans de leçons se trouve notamment une bibliographie.
  • Site de l’Institut international de la marionnette (IIM). En cliquant sur Editions IIM, vous verrez les publications disponibles. En cliquant sur Liens, vous découvrirez de nombreuses compagnies à l’œuvre partout dans le monde.
  • Marionnettes du bout du monde : théâtre qui offre aussi des ateliers.

Ouvrages

  • La marionnette, un plaisir pour tous ! de Lise L. Roy, 64 pages. 2003 – Profitez-en pour jeter un coup d’oeil à toutes les publications pédagogiques de l’organisme ontarien Théâtre action!

Confection et achat de marionnettes

juin 11

Les marionnettes peuvent aider à mémoriser des versets (20 suggestions)

Posté le 11 juin 2011 dans Général, Méli-mélo

Le programme du club biblique, de la classe d’école du dimanche ou même du camp de jour comporte souvent un volet mémorisation de versets. (Il est si important de graver la Parole de Dieu dans le cœur des jeunes!) Vous pouvez vous servir des marionnettes pour ajouter du dynamisme aux activités de mémorisation.

Voici vingt suggestions, en souhaitant qu’elles vous inspirent d’autres idées originales. Pour les besoins de cet article, nous appellerons les marionnettes Mandoline et Banjo.

1. « Enseignez » le verset à Mandoline.

2. Banjo enseigne le verset aux enfants.

3. Utilisez Mandoline pour expliquer le sens du verset. Par exemple, elle pose des questions et vous y répondez (ou vous invitez les enfants à répondre).

4. Banjo vous aide à faire ressortir les mots importants du verset. Par exemple, il les répète ou les dit avec vous.

5. Utilisez Mandoline pour familiariser les enfants avec les termes difficiles. Par exemple, elle se trompe en prononçant les mots longs ou compliqués, vous la reprenez et expliquez.

6. Banjo fait des jeux de mots ou des plaisanteries pour ajouter de l’humour à la présentation.

7. Servez-vous de Mandoline pour faire répéter les enfants. Elle dira par exemple à un enfant : « Je n’entends pas bien » ou « Pourrais-tu parler plus lentement? »

8. Utilisez Banjo pour montrer la référence. Par exemple, à l’instar des hommes-sandwichs, il porte une affiche où vous aurez noté d’un côté le livre et de l’autre, le chapitre et le verset. Ou encore, Banjo montre le titre du livre, et Mandoline, les chiffres.

9. Mandoline vous aide à réviser le verset de la semaine précédente – elle essaie de se rappeler, avec quelque difficulté.

10. Remettez une marionnette à chaque enfant et créez une petite pièce ayant pour thème le verset à apprendre. (Mieux encore : invitez les enfants à confectionner eux-mêmes les marionnettes.)

11. Les marionnettes favorisent la lecture et la mémorisation d’un verset tout en exploitant le thème de l’animation. Par exemple, Banjo est un pirate qui a volé la carte indiquant où se trouve le « trésor » du jour dans la Bible.

12. Donnez une personnalité à certaines marionnettes : un journaliste nommé « Bonne nouvelle », un hibou appelé « Sagesse », etc. Elles annoncent les versets ou demandent à les entendre.

13. Si un verset cite les paroles d’un personnage biblique (Moïse, Josué, Pierre, etc.), Mandoline ou Banjo le récite « déguisé » comme le personnage. (Personnellement, je ne mettrais pas Jésus en scène.)

14. Utilisez une marionnette au caractère bien défini pour créer de l’intérêt, poser des questions et aider les jeunes à mémoriser en les faisant répéter.

15. Banjo dit tous les mots du verset en y ajoutant un son (un E final bien sonore à la fin de chaque mot, par exemple).

16. Mandoline récite le verset en faisant des erreurs. Les enfants doivent la corriger.

17. Banjo et Mandoline récitent chacun une partie du verset, puis ils alternent les rôles. (Banjo invite les garçons à réciter avec lui, et Mandoline, les filles.)

18. Banjo commence à dire un verset, puis s’interrompt : les enfants doivent compléter le texte.

19. Banjo exagère la difficulté à mémoriser et fait toute une montagne de l’exercice; Mandoline est « toute petite » et elle a besoin qu’on lui explique quoi faire.

20. Banjo intervient à divers moments durant le programme, en disant : « Ça y est! C’est le moment de mémoriser un verset! Qu’est-ce qu’on va apprendre dans la Bible aujourd’hui? » jusqu’à ce que, finalement, ce soit vraiment le moment.

Ces suggestions s’inspirent en très grande partie de Don Stott, du site www.eliab.com. Adaptation par Chantal Bilodeau-Legendre, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

juin 3

Les premiers pas d’une marionnettes

Posté le 3 juin 2011 dans Méli-mélo

Les premiers pas d’une marionnette sont en réalité ceux de la personne qui la manipule… Car voilà : vous avez trouvé une marionnette magnifique. Vous souhaitez l’utiliser avec votre groupe d’enfants, mais vous n’êtes pas prêt à vous lancer dans un spectacle proprement dit. Qu’allez-vous lui faire dire? Comment entrera-t-elle en scène avec spontanéité? Comment la ferez-vous disparaitre de façon élégante – ou amusante?

Mais d’abord… quelques conseils pratiques

Exercez-vous devant un miroir, répétez devant un ami, afin de gagner de la confiance avec les mouvements et la voix. Utilisez des phrases courtes et un vocabulaire adapté à l’âge de vos auditeurs. Rappelez-vous ce principe : minimum de narration, maximum de dialogue. Peu à peu, vous vous mettrez à improviser et vous serez en mesure de vous « attaquer » à des textes simples.

N’oubliez pas que la marionnette ne doit jamais rester statique : faites-la bouger en fonction de l’humeur ou des émotions évoquées par vos paroles. 

À présent… on joue!

Pour les besoins de cet article, imaginons deux marionnettes, Mandoline et Banjo.

Pour entrer en la matière…

Voici quelques façons de « briser la glace » avec une marionnette. 

  • Mandoline entre tout excitée quand elle entend l’animateur prononcer un mot clé.
    Animateur : « J’aimerais vous poser une devinette… » Mandoline : « Trottinette? Qui a parlé de trottinette? J’en ai une rose à pois bleus! »
  • Banjo entre timidement, mais disparait quand les enfants l’interpellent, puis revient tout hésitant.
  • Mandoline salue les petits et se présente.
  • Banjo demande qu’on lui pose une devinette – mais il répond « torticolis », peu importe la devinette. Cette « introduction » peut donner lieu à une interaction intéressante entre l’animateur (ou les jeunes) et la marionnette.
  • Mandoline entre, à la recherche de quelque chose. Elle exprime sa surprise en trouvant ce qu’elle cherche – mais s’étonne encore plus quand elle aperçoit les enfants qui l’observent.
  • Banjo entre en se plaignant : il a un bobo, un problème, et il a besoin d’aide.

Au cours d’une activité…

Il arrive que certaines parties d’un programme ou d’une animation suscitent moins d’intérêt que d’autres. Les marionnettes peuvent y remédier en y ajoutant de l’humour, ravivant ainsi l’attention des auditeurs. 

  • Mandoline écoute attentivement l’animateur puis pose des questions sottes.
  • Banjo écoute les commentaires et réponses des enfants et émet des réflexions encourageantes.
  • Mandoline annonce les gagnants d’un concours.
  • Banjo présente au groupe la personne qui racontera l’histoire biblique.
  • Mandoline entonne une chanson (sur un air connu) ou fait un rap pour annoncer un évènement, un invité spécial, etc.
  • Banjo explique aux enfants une consigne, leur demande de chercher un objet caché, etc.

Au revoir…

Comment faire disparaitre les marionnettes avec « naturel » une fois leur prestation terminée? Voici quelques idées. 

  • Banjo s’excuse de partir, car il doit se préparer pour l’évènement annoncé.
  • Mandoline, embarrassée, demande où sont les toilettes et s’excuse de devoir ainsi s’en aller.
  • Banjo annonce qu’il est temps de passer à une autre activité (chant, histoire, jeu, etc.) puis il dit au revoir à tout le monde.
  • Mandoline déclare qu’il est l’heure d’aller prendre le thé (ou un café dessert) avec Madame Ocarina – tout le monde sait que les marionnettes adorent manger!

Ces suggestions proviennent de Don Stott, du site www.eliab.com. Traduction et adaptation par Chantal Bilodeau-Legendre, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

mai 13

20 façons d’utiliser une marionnette

Posté le 13 mai 2011 dans Général, Méli-mélo

Dans le cadre d’un club biblique, d’une classe d’école du dimanche, d’une colonie de vacances, d’un camp de jour pour les petits, les marionnettes peuvent facilement devenir des « aides » très précieuses pour les moniteurs et les animateurs.

 Ainsi, une marionnette peut…

 1. Dire bonjour aux enfants lorsqu’ils entrent dans la pièce.

2. Demander aux enfants comment ils s’appellent (l’enseignant doit bien écouter, pour apprendre les noms!)

3. Accueillir les enfants timides avec chaleur et joie, pour qu’ils se sentent bienvenus.

4. Écouter les petits réciter les versets qu’ils mémorisent – et même aider à les enseigner.

5. Demander aux jeunes de participer à une collecte, en apportant par exemple des denrées pour la banque alimentaire.

6. Faire une annonce spéciale : le programme de Noël, le camp biblique de jour, une fête, etc.

7. Montrer des images pendant un enseignement et poser des questions.

8. Mener un jeu-questionnaire ou une révision en posant des questions aux jeunes.

9. Admirer les bricolages ou les travaux des enfants et faire des remarques constructives : « Comme tu travailles bien! » « C’est super! »

10. Complimenter ceux et celles qui travaillent bien : « Comme tu es attentif, Kevin! »

11. Enseigner une leçon de choses (par exemple, apporter le plan d’une maison et faire le parallèle avec le plan de Dieu pour notre vie).

12. Jouer un « air » spécial avec une trompette ou un clavier jouet.

13. Annoncer une surprise aux enfants – comme une gâterie à l’occasion de Noël ou de la Saint-Valentin.

14. Faire le résumé d’un livre et encourager les jeunes à le lire.

15. Lancer un concours qui incite les enfants à venir au club ou à mémoriser des versets.

16. Parler de la vie dans des pays éloignés ou aux temps bibliques.

17. Remettre des prix aux visiteurs.

18. Participer aux jeux de mémorisation de versets (par exemple, essayer de déchiffrer un verset codé et encourager les enfants à l’aider).

19. Faire des remarques ou poser des questions pendant une histoire biblique, de manière à susciter l’ajout de détails, par exemple : « Pourquoi on appelle Jésus le bon berger? »

20. Chanter une chanson ou un couplet avec les enfants, pour ajouter de l’intérêt, ou encore faire des bruitages pour animer une chanson ou une histoire.

Ces vingt suggestions proviennent du site de Don Stott, eliab.com/. Traduction et adaptation par Chantal Bilodeau-Legendre, avec l’aimable autorisation de l’auteur.